Cinécaméras...histoires de caméras...

"Familiarise-toi avec la caméra, puisque c'est le moyen par lequel tu veux t'exprimer" Erich Pommer à Fritz Lang, 1918.

cinécaméras
cinécaméras

Mitchell NC

 

La marque Mitchell est probablement la plus représentative de l'âge d'or de Hollywood. Comme sa devancière Bell & Howell 2709, ce sont ces appareils qui symbolisent le mieux tout l'imaginaire du cinéma. Leurs silhouettes aperçues sur les photos de tournage donnent une dimension quasi mythique au spectacle cinématographique. Stars, acteurs et metteurs en scène aiment se faire photogaphier à côté de ces caméras. Leurs présences délivreraient-elles ainsi une sorte de "visa professionnel"? Il y a encore peu, des réalisateurs (de la "Nouvelle Vague") ont voulu travailler avec des Mitchell car cela faisait "cinéma"...

 

 

 

 

Star for a night (1936) de Lewis Seiler avec Claire Trevor, Jane Darwell et Frank Reicher (ces deux derniers dans la voiture) sous l'oeil de la Mitchell NC (© photo X)

 

La première Mitchell apparait en octobre 1920 et "s'appuie" sur les standards de sa devancière Bell & Howell.
La firme est née au sein d'un magasin de réparations et d'entretiens de caméras alors en usage à Hollywood, telles les Pathé, Debrie et autres Bell & Howell. Deux personnalités se détachent, George Albert Mitchell et Henry Boger, qui sont amenées rapidement à diriger la firme. Celle-ci prend alors le nom de Mitchell Camera Corporation. La marque détiend également des droits sur des prototypes réalisés en 1914 par un ingénieur caméraman: John Leonard. Ces prototypes comportaient de nombreuses évolutions techniques (obturateur variable par exemple).
G. A. Mitchell, né en 1889, était un expert en mécanique et optique. Après avoir débuté dans le service de maintenance de Universal, il devint très vite un familier de nombreux opérateurs. C'est ainsi qu'il acquit une grande expérience et connaissances des caméras en résolvant les problèmes techniques des caméramen et en leurs proposant différents accessoires et ajustements techniques. De plus, il eut aussi l'occasion de travailler comme opérateur.
Ainsi l'idée de concevoir un nouvel appareil devait s'appuyer sur les conceptions de base de la Bell & Howell 2709 et des innovations de John Leonard. En 1920, sort le Model A et en 1921 est tourné le premier film avec ce nouvel appareil: The Love Light (Le Signal de l'Amour) de Frances Marion avec Mary Pickford et produit par United Artists; la photographie était signée Charles Rosher). Le résultat fut tel que rapidement de nombreux opérateurs s'intéressèrent à ce nouvel instrument...

 

Qu'est-ce qui pouvait inciter un opérateur à choisir la Mitchell plutôt que la Bell & Howell? Principalement:
     - mise au point et cadre quasi instantanés à travers l'objectif;
     - nouveau système de "rack-over" (translation ou basculement du caisson mécanique par rapport à la platine d'objectifs qui reste fixe): un quart de tour avec la manivelle placée à l'arrière gauche suffit pour passer de la visée (à l'arrêt sur un dépoli à travers l'objectif) à la prise de vues; avec la 2709 il faut tourner la tourelle porte-objectifs, déplacer le support du parasoleil, déplacer le boitier caméra sur un côté, puis refaire l'opération inverse. Surtout, ce déplacement n'était pas "lié" au pied de caméra!

 

 

Dona Drake au viseur clair de la Mitchell NC (probablement au moment de En route vers le Maroc, 1942)(© photo Paramount).

 

Premiers modèles "A" et "B":
Sur les premiers modèles, trois excentriques assuraient l'intermittence du mouvement: un pour les deux contre-griffes, un autre pour les griffes mobiles et le troisième pour le pressseur du couloir. Ce dernier a été suprimé vers 1925 et remplacé par un système d'engrenages; l'appareil ainsi modifié est devenu le modèle "B". Il permettait des vitesses jusqu'à 128 images/seconde et reçu aussi le nom de grande vitesse ("High Speed").

 

Les principales améliorations étaient les suivantes: système de caches incorporés; système d'iris; obturateur automatique indépendant du diaphragme; vitesse d'obturation sur 1, 3 et 5 secondes (2, 4 et 8 "pieds") automatique et contrôlée de l'extérieur; levier manuel de fondus; tourelle à 4 objectifs; "chicane à lumière" sans frottement pour les magasins; petites flasques dans les magasins rapidement démontable; compteur intégré; parasoleil attaché au corps de la caméra et non sur le trépied. Un viseur de côté (avec image inversée) complète le dispositif.


La Mitchell conserve l'aspect de la 2709 (avec un corps métallique peint ou émaillé) et notamment le déroulement du film: celui-ci est entraîné par une roue dentée de 32 dents avec presseurs haut et bas. Cette roue est reliée directement à la manivelle: c'est une différence fondamentale entre les caméras américaines et européennes. Comme sa "cousine" 2709, le magasin à double compartiment est situé au-dessus du coprs de l'appareil (type "oreilles de Mickey"). La capacité de celui-ci est de 120 mètres (400 pieds) pendant la période de production "muette".

 

 

 

La base et le bloc mécanique de la Mitchell NC. On voit parfaitement la manette (shift handle) à l'arrière sur la base qui sert à la translation du bloc mécanique (extrait du manuel technique).

 

La News Camera "NC":
L'arrivée du cinéma sonore a modifié le "regard" que portaient les cinéastes sur les appareils. Manivelle et 16 images/seconde disparaissent! Rapidement Bell & Howell perd la partie au profit de Mitchell. Les avancées techniques énoncées ci-dessus, plus pratiques et plus sures, font de cette caméra la mieux adaptée aux nouvelles exigences du cinéma sonore.
En 1932, George Mitchell franchit une étape décisive en introduisant un nouveau mécanisme intermittent qui supprimait une sorte de "flottement" mécanique et les surfaces métalliques adoptent un nouveau revêtement. Le bruit du mécanisme en était profondément modifié (35 dB sans blimp). Les nouvelles tolérances de fabrication étaient sévères.
La Nouvelle Caméra ("Newsreel Camera" = NC) porte au gré de ses différentes évolutions les références D, E, F, G, H, I. Outre le bruit réduit du mécanisme, elle propose un fondu manuel, un cadran de contrôle miniature d'obturateur (permet le réglage stroboscopique utile pour les transparences) et un anti-bourreur ainsi qu'un nouveau viseur avec image "droite" et cache.
Malgré un prix élevé, mais grâce à ses qualités, cette nouvelle caméra fut rapidement et totalement adoptée par toutes les productions hollywoodiennes, et même au-delà.
Si c'était effectivement une caméra silencieuse, ce n'était pas une caméra insonore et en studio, un blimp était indispensable. La plupart des Compagnies fabriquaient leur propre blimp, mais dans le cas de la Mitchell NC c'est le fabricant Raby Manufacturing Co of Hollywood qui les fournissaient. Seule la Metro Goldwyn Mayer avait ses propres blimps pour la NC.
L'emploi du blimp se révéla vite contraignant dans l'usage de la caméra proprement dit et se reportait sur le temps de travail. George Mitchell et ses équipes décidèrent de surmonter ces contraintes et créèrent une nouvelle caméra totalement silencieuse utilisable en studio. Des opérateurs furent consultés tel Gregg Toland. La caméra reprenait entièrement les principes de la NC mais la tourelle disparaissait au profit d'un unique objectif. En 1934, la Mitchell BNC (= Blimped Newsreel Camera) est lancée. Suivront une BNCR, où le R signifie "réflex".

Vues intérieures de la Mitchell NC. En haut à gauche,  avec cheminement de la pellicule; photo de droite, détails sur les contre-griffes et les griffes de traction (ici à mi-course).

Photos du bas: à gauche, les griffes de traction viennent de terminer leur course de descente; à droite, les contre-griffes (en haut) sont enfoncées dans les perforations et les griffes de traction vont accrocher le film pour lui imprimer son mouvement de descente. On distingue au premier plan le bouton de réglage des griffes et contre-griffes au pas des perforations (photos: ©JFPB ).

 

Principales caractéristiques (NC):
     - vers 1930;
     - format du film: 35 mm.;
     - dimensions (hors magasin et optiques): 18x20x23,5 cm (lxHxL); corps métallique (aluminium);
     - poids: 54 kg (complète avec blimp).;
     - griffes et conte-griffes; contre-griffes réglables en marche;
     - antibourreur;
     - un seul débiteur denté de 32 dents;
     - moteur électrique (tri-synchro);
     - obturateur variable (en marche) avec ouverture de 5° à 170°;
     - visée à l'arrêt sur dépoli; viseur "clair" sur le côté à correction de parallaxe;
     - compteur en "feet";
     - tourelle rotative pour 4 objectifs de 20 à 152 mm à baïonnette;
     - magasin en ligne à double compartiment fixé au-dessus du corps de la caméra (d'abord 400 "feet" puis 1000 "feet");
     - sur les derniers appareils, système de réglage "au pas des perforations";
     - 744 Mitchell NC auraient été fabriquées.

 

Cary Grant derrière une Mitchell NC au cours du tournage du film Father Goose de Ralph Nelson (1965) (© photo Universal Studio).

 

Filmographie:


Quasiment toute la production hollywoodienne (et dans beaucoup d'autres lieux de production!) des années 30, 40 et 50 a été tournée à l'aide de ces caméras dès leur mise sur le marché.

La publicité de Mitchell (verticalement sur la brochure ci-dessous) se résume ainsi: "85% of the motion pictures shown in theatres and on TV throughout the world are filmed with a Mitchell".

 

 

Le premier film tourné à l'aide d'une Mitchell (premier modèle) serait: The Love Light (Le Signal de l'Amour) de Frances Marion avec Mary Pickford et produit par United Artists; photographie de Charles Rosher.


Quelques titres glanés parmi des milliers de films...:
   Good News, Nock Grinde, MGM, 1930
   Gold Diggers of 1933, Mervyn LeRoy, Warner Bros, 1933
   Broadway to Holllywood, Willard Mack, MGM, 1933
   Love and Glory, Rupert Julian, Paramount, 1924
   Metropolis, Fritz Lang, UFA, 1927
   Passionnément, René Guissart, Paramount, 1932
   Sevilla de mis amores (Le Chanteur de Séville), Ramon Novarro, MGM, 1930
   Our Relations, avec Oliver Hardy et Stan Laurel, Harry Lachman, MGM, 1936
   Si l'empereur savait ça, Jacques Feyder, MGM, 1930
   Little Annie Rooney (La Petite Annie), William Beaudine,Pickford-United Artists, 1925
   Abraham Lincoln (La révolte des esclaves), D. W. Griffith, DWGriffith-United Artists, 1930
   Billy The Kid, King Vidor, MGM, 1930
   Not So Dumb, King Vidor, MGM, 1930
   Sunrise (L'Aurore), Friedrich W. Murnau, Fox, 1927
   Forbidden Paradise, Ernst Lubitsch, 1924
   The Wedding March (La Symphonie Nuptiale), Erich von Stroheim, Paramount, 1928

Quelques titres tournés en France en 1957:

   Une vie, Alexandre Astruc (NC et BNC)

   Kings go Forth (Les Diables au soleil), Delmer Daves (NC et BNC)

   Me and the colonel (Moi et le colonel), Peter Glenville

   Les Tricheurs, Marcel Carné (BNC et NC)

   Les Bijoutiers du clair de lune, Roger Vadim

 

(photo: ©Cinemagear )