Cinécaméras...histoires de caméras...

"Familiarise-toi avec la caméra, puisque c'est le moyen par lequel tu veux t'exprimer" Erich Pommer à Fritz Lang, 1918.

cinécaméras
cinécaméras

Technique: les objectifs

il n'est pas question ici de développer l'optique des objectifs, le sujet est très vaste et extrèmement complexe et dépasserait largement le cadre que nous nous sommes donnés. Nous nous bornerons à quelques généralités et rappels.

 

 

Les objectifs:

Un objectif est un système optique qui permet de concentrer les rayons lumineux issus d'un objet sur la pellicule. Son rôle est donc de former une image sur le film.

 

Rappelons comment une lentille mince restitue l'image d'un objet. Sur les figures ci-dessous, l'objet AB est perpendiculaire à l'axe optique de la lentille. Le rayon incident issu du point B n'est pas réfracté car il passe par le centre optique qui se comporte comme 2 lames parallèles. Le point B', image de B se trouvera sur l'axe optique. Le point A' sera défini par la rencontre de 2 rayons remarquables issus de A:
     - le rayon parallèle à l'axe optique qui après réfraction, passe par le foyer principal image de la lentille,
     - le rayon AOA' qui, passant par le centre optique, est réfracté sans changement de direction.
L'image d'un objet CD situé à une distance différente de AB pour la même lentille ne se formera pas au même endroit (en l'occurence sur la pellicule): il faudra donc déplace la lentille par rapport à la pellicule, qui elle, est fixe: c'est la mise au point.

 

 

 

L'objectif comprend plusieurs lentilles afin de corriger les défauts de la lentille simple (aberrations). Voici les principaux:
     - aberration chromatique: les différentes couleurs du spectre ne forment pas leur image dans un même plan;
     - aberration sphérique: les rayons marginaux sont plus réfractés que ceux qui passent au centre de la lentille;
     - courbure de champ: l'image ne se forme pas sur une surface plane mais sur une surface sphérique;
     - distorsion: l'image des lignes droites n'est pas une ligne droite, mais une ligne incurvée;
 - astigmatisme: les rayons tombant obliquement sur la lentille ne donnent pas la même netteté sur les verticales et les horizontales;
     - coma: sous certains angles, l'image d'un point est en forme d'aigrette;
La correction des aberrations est obtenue grâce à l'association de différents types de lentille, de courbures différentes, de verres différents (crown, flint).

 

 

Distance focale: tout sujet situé à l'infini vient former son image derrière la lentille en un point F situé sur l'axe optique. Ce point s'appelle Foyer et l'on appelle distance focale ou plus simplement focale la distance entre le centre de la lentille et le foyer. Plus la focale est grande, plus l'image du sujet est grande.
Hyperfocale: lorsqu'un objectif est réglé sur l'infini, les images sont nettes de l'infini jusqu'à une certaine distance; cette distance de netteté s'appelle distance hyperfocale (plus simplement hyperfocale); si l'objectif est réglé sur cette distance hyperfocale, la netteté s'étend de l'infini jusqu'à la moitié de la distance hyperfocale (toutes les distances sont comptées à partir du plan film de la caméra). C'est sur cette propriété que sont basés les objectifs sans mise au point dit "fix-focus".
Profondeur de champ: lorsqu'un objectif est mis au point sur une distance autre que l'infini, la zone de netteté s'étend un peu au-delà et en-deçà de cette distance. La distance qui sépare ces deux points extrèmes de netteté s'appelle profondeur de champ; elle est fonction de:
     - la focale de l'objectif: plus la focale est courte, plus la profondeur de champ est longue;
     - la distance de mise au point: plus la mise au point est courte, plus la profondeur de champ est courte et doit être précise;
     - l'ouverture du diaphragme: plus le diaphragme est fermé, plus la profonduer de champ est longue.

 

Les différents objectifs:
L'objectif standard n'a pas été choisi au hasard: chaque sujet, à l'écran, doit être vu avec une perspective normale, semblable à celle que l'on a pu observer à la prise de vues. Mais la caméra doit permettre au cinéaste de "voir" de plus près (des jumelles sont parfois bien utiles!), ou à l'opposé, d'élargir son champ de vision.

On a recours à 2 solutions optiques:
     - la longue focale ou téléobjectif pour grossir un sujet éloigné;
     - le grand angulaire pour embrasser un champ large.
Les objectifs à focale variable (zoom):
A un objectif anastigmat corrigé, on adjoint un groupe de lentilles mobile de façon à n'avoir qu'un seul bloc optique.
Le zoom permet de faire des travellings "optiques". Ceux-ci sont différents des travellings mécaniques (sur chariots par exemple) car le zoom réalise une sorte d'agrandissement photographique. Avancer en travelling, c'est non seulement agrandir l'image, mais aussi déplacer son point de vue, donc faire subir aux lignes de fuite de l'effet perspectif une translation.
Le zoom permet avant tout un vaste choix de focales

 

Les principaux types de montures:
          - monture à tube simple: système le pus simple que l'on rencontre sur la Caméréclair par exemple;
          - monture à glissière et rampe: pour les caméras où l'on doit changer souvent d'objectifs; il n'y a qu'une seule graduation pour les mises au point quel que soit l'objectif (Super Parvo Debrie);
          - monture hélicoïdale et baïonnette: monture de grande précision (et rapide à enclancher) utilisée sur de nombreuses caméras (Mitchell, Arriflex par exemple);
          - monture hélidoïdale à vis: différence avec la fixation précédente via un pas de vis (de type "C")
          - monture à vis "C": essentiellement pour les caméras de format réduit.

 

 

Monture à tube simple sur la Caméréclair
(© photo: JFPB)
 

Schémas: doc. G. Stroke/NEFT

 

Interfaces esthétiques

 

L'optique placé devant la fenêtre d'enregistrement de l'image permet de délimiter le champ photographié: ce champ est l'espace à 3 dimensions perçu par le spectateur. Le champ ne doit pas être confondu avec le cadre (voir la page: le couloir d'impression). En effet, si le cadre définit les proportions de l'image (comme la toile du peintre), le champ lui donne aussi la profondeur.

 

Dans ce film célèbre, lorsque HG Clouzot filme H von Karajan, en réglant la mise au point sur les mains du chef, l'arrière plan devient légèrement flou. L'attention du spectateur est alors "attirée" sur ce qui devient le sujet principal: les mains de Karajan. © HG Clouzot

 

Ce sont donc les objectifs, par leurs focales (courtes, longues) qui déterminent le champ couvert (le complémnet optique du scope opère aussi dans ce sens), independamment de la largeur du film. Par exemple pour le film de 35 mm si on utilise une focale de 40 mm, pour obtenir le même champ en 16 mm, on utilisera une focale de 20 mm. Jacques Tati a un raisonnement spécieux en affirmant: « Si vous filmez Orly en Super-8, vous n’obtiendrez qu’une fenêtre, en 16 mm trois, en 35, huit, en 70 mm la façade. Or je voulais voir la façade. » (in catalogue exposition « Jacques Tati. Deux temps, trois mouvements... », co-édition Naïve – La Cinémathèque française, Paris, 2009, page 120.)

 

Play Time de Jacques Tati (1967)

 

Le rendu perceptif et le mouvement du sujet dépendent fortement de la focale choisie. Une courte focale accentuera les lignes de fuite si la caméra est (volontairement) inclinée par exemple.

Et c'est bien la perspective qui permet  d'évaluer la distance séparant 2 objets d'égale grandeur placés l'un derrière l'autre. Dans l'exemple ci-dessous, à l'image n°2 filmée au télobjectif, (la caméra a été reculée pour que le premier voilier blanc garde la même taille sur les 3 images), on a l'impression que le voilier noir est proche du voilier blanc. Sur l'image n°3, avec une courte focale (la caméra a été rapprochée), le voilier noir semble beaucoup plus éloigné. L'image 1 présente le rendu avec l'emploi d'une focale "normale" (50 mm en 35 et 25 mm en 16).

Le mouvement des bateaux sera perçu différemment selon la focale choisie: dans le cas du téléobjectif, si le voilier noir s'approche du blanc, l'impression sera celle d'une lenteur, avec le grand angle, au contraire, le spectateur aura l'impression que le voilier noir arrive vite (© images Editions Paul Montel).

(page en cours d'écriture)