Cinécaméras...histoires de caméras...

"Familiarise-toi avec la caméra, puisque c'est le moyen par lequel tu veux t'exprimer" Erich Pommer à Fritz Lang, 1918.

cinécaméras
cinécaméras

Lucien Prévost

Si cette caméra n'avait pas partagé la tête d'affiche avec Buster Keaton du film The cameraman (Edward Sedgwick, 1928; production de Buster Keaton), elle aurait probablement, comme beaucoup d'appareils de cette époque fini oubliée, et seuls les historiens des techniques du cinéma relèveraient son existence...

 

 

C'est en 1910 que Lucien Prévost (1875-1911) dépose un brevet pour cet appareil: il gardera le nom de son inventeur.
Prévost avait travaillé chez Pathé et nous verrons que cela a influencé une partie de la conception de cette caméra: "le véritable appareil de prise de vues qu'attendent depuis si longtemps nos professionnels" dit la brochure commerciale! Pas sûr...

The cameraman est donc tourné en 1928 et la caméra Prévost utilisée par Keaton a déjà 18 ans d'âge! Notre apprenti caméraman veut l'utiliser pour séduire la secrétaire Sally (Marceline Day) du bureau des "News" de la MGM. Mais il y a de la concurrence! Ses "collègues", a priori plus expérimentés, opérent avec d'autres appareils et, curieusement, pas plus "moderne" que la Prévost. En effet, on distingue dans le film des opérateurs d'actualités avec une Pathé Professionnel (mise en service en 1908), une Akeley (mise en service en 1915, et à cette époque, le modèle le mieux adapté à "l'actualité" *) et probablement une Debrie Parvo (le modèle Interview). Une autre caméra apparait mais n'est pas identifiable (Ernemann?). Le jugement qualitatif ne se fera donc pas sur la qualité du matériel employé mais sur la capacité à "couvrir" un sujet...

Lorsque Buster veut, sur les recommandations de Sally, acheter une caméra, il se rend dans une boutique à l'enseigne de "Schreiber". Ici, les appareils sont trop chers (on distingue probablement une Bell Howell 2709 dans la vitrine au prix de 2500$). Il trouvera donc, un peu plus loin, une occasion chez "Ade Greenberg" pour 140$: notre caméra Lucien Prévost. A la fin du film elle sera bradée au prix de 28,50$. Ce prix indique-t-il déjà que c'est un appareil complètement dépassé et/ou mal conçu?
* (c'est d'ailleurs cette caméra qu'utilise le concurrent direct de Buster auprès de Sally...)

 

 

La caméra se présente comme un grand parallélépipède (19x20,5x41 cm.) en bois (certains modèles sont revêtus de maroquin noir ou brun?). A l'intérieur, trois compartiments: un pour l'obturateur et l'optique, un pour le mécanisme et un pour le couloir d'exposition avec le film. Au-dessus, deux magasins métalliques enfermés dans un caisson amovible en bois les protège des intempéries et de lumière parasite.
De son séjour chez Pathé, L. Prévost a repris l'essentiel du mécanisme qui équipe la Pathé Professionnel. Celui-ci est directement inspiré du mécanisme Lumière, Pathé ayant racheté le brevet. On retrouve donc la came de type "Lumière" (photo ci-dessus), les 2 griffes avec leur mouvement de haut en bas et leur retrait au moment de l'immobilisation du film. Il n'y a pas de contre-griffes.
Toutefois, la disposition en parallèle, et non dans le prolongement (comme sur la Pathé), des 2 magasins sur le dessus impose une petite vrille à la pellicule (photo ci-dessous).
Le chargement n'est pas aisé: il faut d'abord fixer le magasin débiteur par une molette accessible dans le compartiment "objectif", mettre en place le cable sans fin dans la poulie à gorge, positionner le film dans les tambours dentés et dans son couloir d'exposition, puis le remonter dans le magasin récepteur qui sera tenu de la même manière que le débiteur. On referme ensuite le capot en bois.
L'objectif est bien protégé et monté sur un chariot mobile qui se manoeuvre par un bouton placé sur le côté. Le réglage du diaphragme se fait par l'avant. Des index servent de repères.
La visée se fait par l'arrière un peu sur le même principe que la Pathé Professionnel.
Mais il faut bien admettre que cette caméra n'est pas ergonomique et absolument inadaptée pour le reportage!

De haut en bas et de gauche à droite:

- cheminement de la pellicule: compartiment "couloir d'exposition";

- les 2 magasins supérieurs en aluminium. Sur la droite, on distingue un emplacement pour positionner un troisième magasin de "réserve";

- commande extérieure de l'iris de l'objectif (au moyen d'une queue à mouvement angulaire engagée dans une rainure du tube rotatif). On aperçoit les index qui servent de repères pour l'opérateur. Trois objectifs interchangeables étaient prévus;

- molette extérieure du chariot mobile sur lequel est monté l'objectif et permettant ainsi la mise au point;

- vue intérieure du compartiment "mécanisme" isolé du passage du film: en bas, les 2 supports sur lesquels vient s'enclencher la manivelle (vitesse normale et 1 tour/image);

- vue intérieure du compartiment avec l'obturateur; devant le chariot mobile de l'objectif (absent ici pour la photographie). En-dessous, on distingue la came triangulaire.

(photos: ©JFPB)

 

Principales caractéristiques:
     - à partir de1910;
     - format du film: 35 mm.;
     - dimensions: 19 x 20,5 x 41 cm.;
     - poids: environ 8,5 kg. avec les magasins;
     - magasin de 120 m.;
     - 2 griffes; deux débiteurs dentés;
     - entraînement par manivelle (2 positions);
     - 3 objectifs interchangeables;
     - 2 compteurs (métrage et images?);
     - visée à l'arrière par la fenêtre d'exposition;
     - obturateur variable;

 

Filmographie:

     - The cameraman, Edward Sedgwick, 1928. La caméra est ici un acteur, mais les scènes filmées par celle-ci dans le film (par Buster et/ou le singe) sont-elles celles qui sont projetées à l'intérieur même du film?
     - quels sont les films tournés par cet appareil? Mystère.

 

The Cameraman (1928)(© MGM, photos -ci-dessus et haut de page- X).
Sur cette vue, on aperçoit la face arrière de la caméra avec à droite les compteurs et à gauche la fenêtre de visée (fermée par un petit volet). Sur la face de gauche, la molette de mise au point.